Actualités : Exposition Hopper

 

La rétrospective Hopper au Grand Palais a été plébiscitée par plus de 784.000 visiteurs, signe de l’engouement des Français pour ce maître de l’image mais aussi pour ces grandes expositions événements. L’exposition devient ainsi la deuxième exposition la plus fréquentée du Grand Palais depuis plus de quarante ans, après « Monet » en 2011 qui avait attiré 913.064 visiteurs et devant « Picasso et les maîtres » en 2009, qui avait reçu 783.352 visiteurs.

« Même aux Etats-Unis, Hopper n’a jamais fait autant »

« C’est beaucoup, beaucoup plus que prévu », s’exclame Didier Ottinger, directeur-adjoint du Musée national d’Art moderne et commissaire de l’exposition. « Le bouche-à-oreille a formidablement fonctionné. Même aux Etats-Unis, Hopper n’a jamais fait autant », assure-t-il.

Du 10 octobre au 3 février, l’exposition a réuni 164 œuvres dont 128 d’Edward Hopper (1882-1967). Ses chefs-d’œuvre comme « Nighthawks » et ses drôles d' »oiseaux de nuit » assis dans un bar, mais aussi « Gas » et sa station-service étaient là et bien d’autres encore. Prolongée de six jours en raison de son succès, l’exposition a culminé avec une ouverture en continu de 62 heures qui s’est terminée dimanche soir. Pendant ces trois jours et deux nuits, 47.949 visiteurs dont 14.262 noctambules se sont pressés au Grand Palais.

Au total l’exposition a connu une fréquentation de 784.269 visiteurs, a annoncé la Réunion des musées nationaux (RMN), organisatrice de l’événement avec le musée Thyssen de Madrid. A Madrid, l’exposition Hopper, dans une version un peu plus réduite et sans « Nighthawks », avait attiré 325.000 visiteurs, soit une fréquentation record pour le mysée Thyssen. A Paris, ce type d’exposition événement au Grand Palais attire un public à 90% français, dit la Rmn qui n’a pas encore la répartition pour Hopper.

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.